SORDIDE – La France a peur

Posted on 13 janvier 2015

0



Bon, bon… Au vu des évènements, chroniquer un album intitulé La France a peur est un exercice casse-gueule. Mais mon bon ami Déhà me disait encore récemment « Mais écoutes-les donc bougre de con!« . Quand on me parle gentiment, j’obtempère. D’autant que les deux tiers du trio constituant SORDIDE sont issus de feu HYADNINGAR, groupe rouennais dont le « Imminent Useless Soul » m’avait laissé un bon souvenir. Et encore meilleur le souvenir de leur concert il y a quelques années au Bar Laplace avec WAY TO END et ANGMAR. J’ai l’impression de penser à une autre vie…

sordide cover

Mais foin des atermoiements mélomanes, l’album du jour n’en fait pas, lui. J’ai lu ici où là que SORDIDE s’apparentait à du PESTE NOIRE. Apparemment dès qu’on fait du chant black en français, on devient un cousin de Famine.SI on devait vraiment imaginer la chose, ça sentira le RAMESSES de Possessed by the Rise of Magik qui se mettrait (enfin?) au Black. Tout l’album transpire l’enregistrement brut de décoffrage, sale, avec un son plus gras que les coulures dégueulasses et mal identifiées qui pullulent dans les plus miteuses stations de métro parisiennes. Si la première écoute de tous ces titres fleurant bon les 6-7 minutes évoquent plus la séance de spéléo en apnée, une deuxième excursion fait mieux ressortir tout l’art de la salissure ici exercée.

Si j’ai évoqué RAMESSES plus haut ce n’était pas que par facilité démonstrative, mais surtout parce que si SORDIDE à toute la senteur du Black, il n’en cherche pas moins des ingrédients ailleurs. Si le riff se fait tranchant, les ambiances dissonantes et Doom rajoutent une couche de malsain sur un gâteau bien crapoteux. Et on en revient justement au chant dans la langue de Molière, une vraie sortie d’égout, qui achève l’édifice aussi repoussant que… ben merde tiens, sordide en fait. Car il est assez rare qu’un groupe arrive vraiment à donner à sa musique le côté roots et rebutant qu’impose le genre sans tomber dans la pose. Sinon c’est la balle dans le pied calibre chasse au gros gibier. Et SORDIDE préfère diriger le canon ailleurs quitte à ce que ce soit l’auditeur dans la ligne de mire. Pourtant, une fois le tir évité, il reste un disque qui sait mériter son titre et donne un grand coup de pied. Dans quoi? Peu importe ça frappe fort. Car oui Jean-Michel, ce soir LE FRANCE A PEUR!