FANGE – Poisse

Posted on 10 mai 2014

0



Tiens, voilà du « Sludge/Stoner/Vomi d’amplis » qui nous apparait. L’EP s’appelle Poisse et c’est exécuté par un groupe que les trois personnes le composant ont intelligemment surnommé FANGE. A mon âge, on aime bien que l’étiquette corresponde au produit et pour le coup on n’est pas floué.

POISSE FANGE

C’est sale, lourd, à en cramer les lampes des amplis, tout ici est bien pachydermique avec une voix de gargouille noyée dans la masse boueuse déversée pendant une bonne demi-heure dans les chastes oreilles de l’audience. Et là vient la question-piège; pourquoi accorder plus d’attention à ce sympathique triptyque de musiciens bretons qu’à tout ceux prenant la cave des parents pour un bunker où résonnent sans fin les cris impitoyables de leur agonie musicale? Ou plus simplement, pourquoi se fatiguer avec du Doom cradingue qu’on trouve désormais dans toutes les bonnes crémeries? Hé bien je répondrais qu’il y a une bonne partie d’affective bienveillance là-dedans. Outre que je trouve que le scène bretonne nous livre de fort bons groupes depuis quelques temps, votre Serviteur est en terrain avec ses riffs pondus par le bassiste de HUATA qu’il adore au plus haut. Et ce dernier a la bon goût d’être accompagné par le batteur de BRAIN PYRAMID qui se trouve ici en terres plus violentes que dans son groupe Stoner psyché. Ce beau monde, accompagné d’un brailleur dont on lui souhaite un futur prospère dans le panthéon musical des gorges crachant des lames de rasoir, ne pouvait pas accoucher « que » d’un EP qui fait du bruit pour jouer dans les bars entre deux tournées de leurs groupes respectifs. S’il y a un besoin primaire de faire de bruit, il y a autre chose. FANGE sait jouer avec le rythme, sur le très punk « Ammoniac », faire dans un sépulcral chemin de croix durant les 8 minutes de « Suaire » et te balancer avec un sourire en coin le final « Lucifour ».

Certes tout ceci est bien foutraque comme une meute de clochards envahissant une impasse pour y choper le fond du dernier cubi de rouge mais ça n’en est pas moins plus intéressant. Et heureusement vu que là où je vis les clochards ont été viré. Quant à toi ami lecteur, je t’invite à te rouler allégrement dans la FANGE et à en redemander.

FANGE bandcamp